« Les gens heureux lisent et boivent du café » d’Agnès Martin-Lugand

23 Juil 2017

Un post un peu particulier aujourd’hui pour parler de ce livre bouleversant et de sa suite La vie est facile ne t’inquiètes pas que j’ai eu la chance de dévorer pendant ce début de vacances. Il aurait été égoïste de ma part de ne pas partager mon expérience au sujet de ces deux livres poignants.

Bien sûr, c’est promis, je ferai un post simple et concis : je ne révèlerai pas tout.

Le livre raconte l’histoire de Diane, qui à la suite d’un accident de voiture, perd son mari Colin et sa petite fille Clara. S’en suit alors l’histoire de sa vie après cette tragédie. Les premières pages sont très douloureuses mais le livre en lui même n’est que source de vie. En vérité, je fus obsédé par le destin de Diane et j’avais beaucoup de mal à sortir du livre et revenir à la réalité. J’avais besoin de lire. J’avais besoin de comprendre, de savoir. J’avais un besoin d’Irlande (et là j’en dis un peu trop sans en dire suffisamment !) J’avais déjà pourtant exploré le thème du deuil et de la perte avec Jojo Moyes (que j’adore sans retenue), rien à faire ce livre m’a retourné le cœur et l’esprit.

Vous n’imaginez pas ma joie et comment j’ai remercié de toute mon âme ma petite sœur qui avait prévu le coup et avait mit à porté de ma main le tome 2. Différent du premier, je n’ai pourtant pas prit moins de plaisir à l’éplucher. Et je n’ai pas put m’empêcher de pleurer à la fin, moi qui pourtant essaye de résister, de ne pas me faire avoir par mon cœur d’artichaut mou et sentimental. Raté.

C’est sans nul doute deux livres que je recommande de dévorer sans hésitation.

Pour ma part il restera dans mon esprit. Diane est sans questionnement un rôle que j’adorerai incarner, autant pour les multiples phases qu’elle traverse que pour sa personnalité dans laquelle je me reconnais et sa capacité à se mettre dans des situations incongrues. Elle est le personnage idéal dans lequel s’immiscer. Elle est composée d’ une matière très intéressante pour l’acteur tant elle est humaine et traversée de sentiments, d’émotions.

Personnellement, c’est aussi un livre qui m’a fait ouvrir les yeux sur des aspects de la vie auxquels je n’avais pas de réponses où auxquels je ne pensais plus.

Alors merci à Agnès Martin-Lugand pour ses deux petits chefs d’œuvre qui ont illuminés mon été par leur vérité, leur complexité et leur beauté.

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail